Château de Voltaire à Ferney

© Benjamin Guyo / Centre des monuments nationaux

Château de Voltaire
Ferney-Voltaire, Ain (01)
Site du monument

Envie de découvrir l’intimité d’un grand philosophe des Lumières sans vous ennuyer au bout de 15 minutes ? En route pour un château 2.0, où les remparts laissent place à une belle véranda avec une vue splendide sur le paysage montagneux de Genève. 

C’est durant mon apprentissage au CMN que j’ai eu l’occasion de visiter le château de Voltaire à Ferney, lors d’un Blog Trip que j’ai eu l’opportunité de pouvoir organiser en été 2018. 

Un château remis au goût du jour

Le château de Ferney-Voltaire, commune jouxtant Genève dans le département de l’Ain, est le lieu de retraite où Voltaire écrivit notamment son célèbre Traité sur la Tolérance. L’édifice a bénéficié d’une importante campagne de restauration menée par le Centre des monuments nationaux, d’un montant total de plus de 9 millions d’euros.

Le nouveau parcours de visite célèbre le philosophe des Lumières et les valeurs de tolérance et de liberté de pensée qu’il a défendues. C’est tout à la fois, un château, un lieu de mémoire et une maison d’écrivain que les visiteurs viennent découvrir.

Ce monument a été inauguré le 30 mai 2018 – soit 240 ans jour pour jour après la mort de Voltaire – par le Président de la République et la Ministre de la Culture à l’occasion de sa réouverture après les travaux de restauration. L’ensemble du domaine a bénéficié de chantiers importants : les premières interventions ont concerné le pavillon du gardien en 2007-2008, puis l’orangerie et la chapelle en 2012-2013. Des interventions sur les façades et les couvertures ont été menées en 2016-2017 et enfin, les intérieurs et les collections ont bénéficié de travaux de rénovation et de réaménagement jusqu’à la réouverture du château l’an dernier.

Vidéo de promotion du château de Voltaire commandée par le Centre des monuments nationaux, et réalisée par View On.

Le parcours de visite a été entièrement repensé et des partis pris audacieux ont été adoptés. Actuellement la visite se fait sur la totalité de l’étage noble, au rez-de-chaussée, ainsi qu’à l’entresol, où lors de ma venue il y avait une exposition de photos prises lors des travaux de rénovation.

Bienvenue dans la demeure de Voltaire

Le rez-de-chaussée est constitué de huit pièces s’enchaînant en enfilade dans le sens des aiguilles d’une montre en partant de l’entrée qui serait située à 6 heures. Au fil du temps, le plan initial du château a été modifié, des cloisons ont été abattues ou déplacées ce qui ne permet pas de faire une reconstitution exacte de la demeure telle qu’elle était à l’époque de Voltaire.

Plan du rez-de-chaussée © Centre des monuments nationaux

Actuellement, la visite du rez-de-chaussée du château de Voltaire se déroule en 5 temps :

  • Une introduction dans l’antichambre
  • Un temps de découverte et d’apprentissage dans la salle à manger-bibliothèque et le cabinet des tableaux
  • Un temps de mémoire dans le salon d’axe et la chambre de Voltaire
  • Une plongée dans le XVIIIe siècle dans les appartements de Madame Denis
  • Une incarnation contemporaine de propos choisis de Voltaire dans la chambre des servantes

L’antichambre : introduction

Après le vestibule d’entrée décoré de part et d’autre d’une statue de Rousseau et une de Voltaire, ainsi que de deux poêles en faïence de Nyon du XVIIIème siècle, on pénètre sur la gauche dans une première pièce aux tons bleu clair ; il s’agit de l’antichambre.

Vue du vestibule d’entrée, depuis le salon d’axe © Patrick Tournebœuf / Tendance floue / Centre des monuments nationaux

Un buste de Voltaire, des objets lui ayant appartenu, quelques pièces de mobilier ainsi que des tableaux et des gravures sont accrochés aux murs (notamment celle de sa chambre) évoquent l’époque voltairienne sans surcharger la pièce. La volonté n’est pas de reconstituer l’intérieur avec exactitude ni de faire une period room ; au contraire, c’est une évocation subtile des différentes époques qu’à traversé la demeure dans le temps. La présentation ordonnée sur fond bleu pastel éclaire de suite le propos et familiarise en douceur le visiteur avec les lieux et le personnage qui en a fait la renommée.

Antichambre © Patrick Tournebœuf / Tendance floue / Centre des monuments nationaux

Un cartel numérique permet de se familiariser davantage avec les objets exposés dans la pièce. On y retrouve une description détaillée pour chaque oeuvre. On peut y régler le contraste pour un meilleur confort de lecture et situer les objets dans la pièce pour éviter les confusions. Des dispositifs semblables se trouvent dans quasiment toutes les autres pièces de l’étage.

Le mobilier de médiation est réalisé en bois et aluminium, il est très sobre, et les textes imprimés directement sur le bois ressortent extrêmement bien, sans problèmes de reflets.

Mobilier de médiation dans l’Antichambre

La salle à manger-bibliothèque une évocation de l’œuvre de Voltaire

Château de Voltaire, salle à manger et bibliothèque © Benjamin Gavaudo / Centre des monuments nationaux

La deuxième pièce, la salle à manger-bibliothèque, est située dans le pavillon gauche du château. Initialement séparée en son milieu par une cloison, celle-ci a été agrandie par l’un des propriétaires des lieux après Voltaire. Elle est aujourd’hui entièrement dépouillée de son mobilier et de son décor et ses murs sont teintés d’un beige légèrement pêche ; les épais rideaux accrochés aux fenêtres sont blanc crème. Sur ces parois, deux projecteurs à 360° diffusent différents éléments visuels : des motifs de tapisseries qui recouvraient à l’époque les pièces de la demeure, des gravures représentant Voltaire, des extraits de ses ouvrages. Cette installation immersive a été conçue par l’agence Drôle de Trame.

Salle à manger – bibliothèque

Ces images servent à pallier l’absence de la bibliothèque de Voltaire, aujourd’hui conservée à Saint-Pétersbourg. Le vide – volontairement souhaité – de cette pièce, qui rappelle métaphoriquement ce manque matériel, est comblé en douceur par ces éléments visuels visant à évoquer l’ambiance des lieux du temps de Voltaire.

Baignée de lumière – par les fenêtres donnant sur la véranda et ouvrant sur le jardin, on peut apercevoir le Mont Blanc par très beau temps… – cette pièce plonge le visiteur dans un autre temps d’une manière inattendue mais réussie.

Vue depuis la véranda de la salle à manger – bibliothèque

Au milieu de la pièce se trouvent deux larges tables multimédia. La première, située dans l’ancienne salle à manger, présente l’histoire et les points remarquables du domaine de Ferney à travers une maquette 3D du château. Celle-ci a été inspirée d’une maquette beaucoup plus vieille, qui s’est révélée être extrêmement précieuse pour mener à bien les travaux de restauration. Il s’agit d’une maquette en trois dimensions du château de l’époque, où chaque pièce est représentée par un échantillon de tissu qui y tapissait les murs. Ce précieux témoignage, racheté par l’Impératrice Catherine II de Russie et actuellement conservé à Saint Pétersbourg a permis de reconstituer le décor d’origine des différentes pièces du château. Nous le verrons, des partis pris très intéressants ont été adoptés dans les pièces suivante.

Une des tables multimédia de la salle à manger – bibliothèque : maquette du château de Voltaire et plan en relief de la seigneurie

À côté de cette maquette, un plan en relief et en couleurs de la seigneurie dont s’occupait Voltaire représente le village de Ferney-Voltaire tel qu’il était au XVIIe siècle. On y voit les tracés des anciens chemins, les maisons avec jardins des personnes qui se sont installées là grâce aux aménagements effectués par l’homme des Lumières, et même les arbres plantés. Ces deux éléments – maquette et plan – sont destinés à être tactiles, l’expérience sensorielle s’ajoutant à l’appréhension visuelle pour une meilleure compréhension.

Salle à manger – bibliothèque : maquette du château de Voltaire et plan en relief de la seigneurie

La maquette, le plan ainsi que le mobilier ont été conçus par l’Atelier FCS. Il a été pensé pour intégrer au mieux les espaces d’exposition. On peut lire ceci dans le dossier de presse :

« L’agencement du mobilier, des supports d’oeuvres et de médiation, tient compte des axes du parcours du visiteur. Leur implantation au sol tient aussi compte du rythme des parquets conservés, en étoile ou en caisson. »

Dossier de presse du château de Ferney-Voltaire

L’alliance des surfaces accueillant les éléments principaux, qui sont en bois, et des éléments de maintien, en aluminium, est très heureuse. Le texte gravé sur le bois ressort de manière chaleureuse et surtout lisible, car sans reflets. Les socles en alu sont discrets, élégants et épurés.

Dans le prolongement de ces deux éléments, une grande table numérique tactile évoque la vie de Voltaire à travers une partie de son service de table : on peut cliquer sur un des éléments qui nous délivre un enchaînement d’informations écrites et visuelles sur différentes thématiques. La sélection d’information est pensée à travers la manipulation de formes géométriques à poser sur la table tactile pour déclencher l’affichage de contenus.

La seconde table multimédia, située à l’emplacement de l’ancienne bibliothèque est également composée d’une table numérique tactile délivrant des informations sur la bibliothèque de Voltaire présentant les ouvrages qu’il a annotés et enrichis afin de les rééditer. On peut virtuellement observer les annotations du philosophe en feuilletant les ouvrages sur l’écran et en zoomant dessus. Les véritables livres, eux, se trouvent dans la vitrine située juste à côté.

Ces deux tables multi-touch ont été réalisées par l’agence Opixido. La prise en main de ces écrans est relativement fluide et la hiérarchisation de l’information, bien que comportant de nombreux niveaux de lecture, n’égare pas le visiteur grâce à une présentation assez géométrique qui se déploie et se referme facilement. On peut consulter plusieurs éléments à la fois, et donc avoir plusieurs utilisateurs grâce à la technologie intégrée multi-touch. Le seul petit malus est que ces deux larges tables d’interprétation n’ont pas été optimisées  pour une utilisation des deux côtés, il n’y a qu’un sens de lecture. Cela pourrait être légèrement gênant lors d’une forte affluence. Mais ce choix peut aussi se justifier par le fait que l’on peut ainsi profiter du mapping sur les murs et les rideaux, ainsi que de la belle vue sur le jardin et les Alpes par la fenêtre.

La pièce suivante, qui est le cabinet des tableaux, est l’ancienne véritable chambre de Voltaire. On y retrouve une sélection de représentations variées du philosophe, écrivain, historien et poète, matérialise sa notoriété et la fascination qu’il exerça, ainsi que la volonté de fixer pour l’éternité les traits du grand homme pour sa gloire posthume – avec, en point d’orgue, son entrée au Panthéon en 1791

Hormis les œuvres accrochées au mur, cette pièce ne comporte que très peu de mobilier, elle semble donc un peu vide. Toutefois, cela permet de se délecter du superbe parquet aux motifs géométriques.

Cabinet des tableaux © Patrick Tournebœuf / Tendance floue / Centre des monuments nationaux

La chambre et le salon de Voltaire

Arrivé à la moitié du parcours de l’étage noble, le visiteur se retrouve dans le salon d’axe, donnant également sur le vestibule d’entrée. Cette pièce ainsi que la suivante ontgardé l’agencement que leur ont conféré la famille Lambert à la fin du XIXe siècle, avec une grande partie du mobilier d’origine. Voulant reconstituer une époque et une ambiance voltairienne, notons tout de même que ces pièces ne se situent pas tout à fait à leur emplacement d’origine.

Salon d’axe © Patrick Tournebœuf / Tendance floue / Centre des monuments nationaux

Dans la pièce qui se nomme aujourd’hui la chambre de Voltaire s’y trouve son lit, qui a bénéficié d’un étonnant choix de restauration. En effet, le dais du célèbre lit est d’origine. Le visiteur a pu voir au début de sa visite, dans l’antichambre, une représentation de la chambre de Voltaire peu après sa mort, avec une illustration du lit à baldaquin auquel il manque des pans de tissus. Ceux-ci ont été cueillis telles des reliques au fil des années par les nombreux visiteurs des lieux, afin d’avoir un petit souvenir du grand philosophe. Le baldaquin a ainsi complètement disparu. Reste le dais, d’une couleur vert et jaune. 

Reproduction d’une illustration de la chambre de Voltaire avec le dais abîmé © Benjamin Gavaudo / Centre des monuments nationaux

Grâce à la précieuse maquette conservée à l’Ermitage, et qui conserve des échantillons originaux des tissus, les restaurateurs ont pu s’apercevoir qu’à l’origine ce tissu était d’une toute autre couleur : bleu roi et fils d’or. 

Avec le temps et la lumière, les couleurs ont passé et le tissu a viré au vert-jaune. Une grande question s’est alors posée lors de la restauration : comment rendre à ce lit son aspect le plus authentique, tout en essayant de conserver les éléments d’origine ? La solution adoptée a été de reconstituer le tissu originel à l’identique mais… en gardant les couleurs passées actuelles. Ainsi, le lit de Voltaire a pu retrouver le volume de ses étoffes d’origine, mêlant l’ancien et le reconstitué, tout en gardant une seule teinte, visible actuellement.

Chambre de Voltaire avec son lit © Benjamin Gavaudo / Centre des monuments nationaux

Concernant cette restauration, ainsi que celle d’autres tapisseries du lieu – comme ceux des pièces qui suivent -, vous pouvez en apprendre davantage dans cette impressionnante vidéo réalisée par le CMN.

Les appartements de Madame Denis

L’autre aile du château de Voltaire est dédiée à Madame Denis, nièce du grand philosophe, maîtresse de maison et surement de son propriétaire… mais chut ! Initialement, ces pièces étaient symétriques aux appartements de Voltaire, aujourd’hui déplacés (pièce de la salle à manger bibliothèque).

Salon de Madame Denis

Les travaux de restauration ont permis de restituer des éléments qui avaient autrefois disparu comme l’alcôve du lit de Madame, et l’exactitude des tapisseries, qui étaient autrefois assorties au mobilier. Le tout a encore une fois été possible grâce à la fameuse maquette rassemblée pour Catherine II de Russie. Si le mobilier n’est pas d’origine – une partie est issue des collections du Mobilier National – il restitue fidèlement l’apparence que ces pièces avaient au XVIIIème siècle grâce à une documentation précise. 

Chambre de Madame Denis © Patrick Tournebœuf / Tendance floue / Centre des monuments nationaux

On note une attention portée à l’emplacement du mobilier : bien que séparé du parcours des visiteurs par des barrières de mise à distance, il n’est toutefois pas relégué au fond de la pièce de manière entassée comme on peut le voir dans bon nombre de demeures. On traverse les appartements de Madame Denis en parcourant la pièce en diagonale.

Je me suis toujours demandé dans quelle mesure l’emplacement des meubles, ou du moins leur mise en scène, correspondait à la réalité. Peut-être est-ce fidèle aux gravures, mais au quotidien, ne déplaçait-on pas les fauteuils et les commodes à la guise des maîtres de maison ou en fonction des réceptions ? J’ai toujours eu du mal à m’imaginer les servantes et les invités évoluer de manière fluide dans ce genre d’agencements…

Une interprétation contemporaine dans l’ancienne chambre des servantes 

Le parcours du rez-de-chaussée s’achève par un espace avec un dispositif audiovisuel. Il s’agit de l’ancienne chambre des servantes, où le parti pris n’a pas été de reconstituer l’agencement mobilier de l’époque. Quel dommage d’ailleurs, je n’ai jamais vu une telle proposition scénographique ; on nous montre toujours les grands et splendides intérieurs d’apparats, mais à quoi ressemblaient les lieux de vie des subalternes, des gens plus simples, d’un rang social moins élevé ? Cela serait intéressant à scénographier, certes pas au château de Ferney-Voltaire car ici ce n’est pas le propos….

Chambre des servantes © Patrick Tournebœuf / Tendance floue / Centre des monuments nationaux

Dans cette pièce dépouillée de tout mobilier d’époque, est projeté le film Voltaire, une parole contemporaine, réalisé par l’agence Opixido, dans lequel 5 comédiens déclament des textes de Voltaire, avec notamment des passages en langue des signes. L’écoute se fait grâce à des hauts-parleurs et non via des casques audio, incitant ainsi davantage les visiteurs à s’arrêter pour écouter des passages sur des thématiques chères au philosophe : « le rôle du philosophe dans la société, la justice et l’injustice, la tolérance et l’intolérance, le fait religieux et ses expressions, l’Europe et la fraternité. » Cette dernière salle résonne donc « comme un acte de transmission et de réflexion par-delà les époques. » (Dossier de presse du CMN).

Une visite qui se prolonge dans d’autres espaces

Le parcours du rez-de-chaussée est désormais achevé. Il est possible de découvrir à l’entresol des expositions temporaires ; lors de ma venue, il y avait un affichage de photographies du chantier, documentant avec beaucoup de détails les différentes étapes de restauration des lieux. Autrefois, ces espaces étaient réservés aux communs : cuisine, lavoir, garde-manger, etc.

Sous-sol avec exposition de photographies relatant la restauration du château de Voltaire

Le premier étage, non accessible au public a également été remis à neuf. Les grandes pièces, dont la distribution fait écho à celle du rez-de-chaussée, servent aujourd’hui de bureaux et également d’espaces de travail à louer.

La visite se prolonge à travers la découverte du domaine : le grand parc offre de merveilleux coins de verdure pour se reposer à l’ombre d’un arbre centenaire, s’attarder devant un potager collectif, ou pour admirer des perspectives superbes sur le château. 

L’ensemble des lieux se veut être, selon les dires de l’administrateur du Château, François-Xavier Verger, qui nous a fait la visite lors du Blog Trip – et qui a eu la gentillesse de répondre à toutes mes questions -, un facteur de cohésion sociale. Ni trop modeste, ni trop imposant, le château de Voltaire est un édifice à taille humaine, reflétant les aspirations du philosophe des Lumières à l’aube de sa vie. 


Cette visite avec des blogueurs a donné lieu à de très intéressants articles de leur part, qui vous donneront encore plus l’envie de découvrir ce beau monument :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *